Charlie Hebdo, cocktail, hackeurs et salafistes

11 Nov

Charlie Hebdo n’en finit plus de provoquer la colère du monde musulman. Le numéro de mercredi 2 novembre a  sans aucun doute été la cause de l’incendie au cocktail molotov qui a détruit les locaux du journal. Vendredi, la pillule est encore dans la gorge des défenseurs du prophète Mahomet. Les salafistes d’Égypte ont manifesté devant l’ambassade de France au Caire.

Charia Hebdo, la blague de trop pour Charlie Hebdo.Charia Hebdo, la blague qui coûte cher à Charlie Hebdo. (DR)

Le Front salafiste égyptien a organisé cette marche après la prière hebdomadaire. Ils ont dénoncé la Une publiée une semaine plus tôt. Regroupés devant l’ambassade de France au Caire, la centaine de manifestants ont réclamé l’établissement d’une loi condamnant le blasphème. Le Front salafiste a également menacé de s’en prendre aux intérêts français au sein de leur pays.  Des groupes jihadistes sont eux aussi montés au créneaux pour encourager en Égypte, en Libye et en Tunisie des manifestations  pour réclamer à leurs dirigeants de rompre leurs  relations avec la France, rien que ça. Une fois de plus, le manque de respect envers l’islam est pointé du doigt, faisant oublié que Charlie Hebdo aime s’en prendre à toutes les religions comme le prouve ces quelques dessins passés pourtant bien plus inaperçus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Rappel des faits

Une Une de plus et tout bascule. Dans la nuit de mardi 1er à mercredi 2 novembre, les journalistes de Charlie Hebdo ont été victime d’un « attentat », comme l’a défini le ministre de l’Intérieur Claude Guéant (vidéo), pourtant loin d’être un admirateur invétéré des journalistes du canard satirique, mais qui, cette fois ci, à couru à leur chevet.

Claude Guéant au secours de Charlie Hebdo (vidéo)

Parallèlement, les rigolos de Charlie Hebdo se sont aussi vus dépossédés de leur défouloir numérique, puisque leur site Internet avait également été hacké par des militants turcs qui ont clairement déclaré n’avoir rien en commun avec les pyromanes. Les militants d’Akincilar, auteur de la manœuvre informatique, avaient trouvé le moyen de remplacer la une du site Internet par une photo de la Mecque et des versets du livre sacré des musulmans. Le site Internet a fini par revenir aux mains des créateurs du journal, bien décidés à ne pas se laisser faire, au nom de la liberté de la presse.

La une du site Internet de Charlie Hebdo après le Hacking. (DR)

Pour l’instant l’enquête parisienne se poursuit. Deux hommes avaient été vus par un témoin en train de courir près des locaux après l’incendie de ce dernier. A ce jour, aucune piste n’est plus sûre qu’une autre. Les enquêteurs continuent leurs recherches afin de trouver celui ou ceux qui ont osé s’attaquer à la liberté toute puissante de la presse.

Jusqu’où ira cette histoire ?

Charb, directeur de la publication du journal, avait déclaré la semaine dernière : « On va découvrir que les incendiaires sont deux cons du quartier, comme il y en a plein dans ce quartier que je connais très bien »… Mais aucune piste ne semble se dégager. Ironie du sort : Charlie Hebdo risquait d’être attaqué en procès après la publication de cette Une, cependant aucun procès n’est à prévoir, hormis celui de ou des personnes qui ont mis le feu aux locaux du journal (une fois qu’ils auront été identifié…). L’histoire semble en suspend et les choses sont partiellement rentrées dans l’ordre. Les taquins de la religion ont fait paraître le mercredi suivant un autre numéro montrant un dessinateur de Charlie mêlant sa salive à celle d’un musulman dans un baiser langoureux. Charlie Hebdo a retrouvé son site Internet et recommence à publier des informations toujours aussi satiriques. Charb, Riss, Cabu et les autres squattent les locaux de l’ami Nicolas Demorand, à Libération. Malgré les menaces des hackeurs turcs, Libération continuera sans doute à héberger les journalistes de Charlie jusqu’à ce qu’ils dénichent un nouveau local. Pour ce qui est des relations entre l’Égypte et la France, la centaine de salafistes ne trouveront probablement pas d’écho à ce mouvement revendicateur, les « Charlie » continueront à publier et à déranger les défenseurs de toutes religions, encore et encore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :