Mc Donald’s mon amour

14 Déc

« Mc Donald’s je suis contre c’est clair ! », pourtant, par je ne sais quel mécanisme, je ne peux m’empêcher de croiser la route d’un CBO à raison d’au moins une fois par mois. McDo cartonne à l’échelle planétaire, mais cartonne surtout en France où le groupe se vante de réaliser des bénéfices considérables.

Morgan Spurlock, auteur du documentaire Super Size Me. (DR)

Avec une croissance annuelle de « 50% depuis 5 ans » sur l’hexagone, le président de la filiale France, Jean-Pierre Petit, peut afficher un large sourire. Par exemple, le chiffre d’affaire de Mc Donald’s s’élevait à 3,3 milliards d’euros en 2008 . Dernièrement, le groupe a annoncé qu’il créerait 3000 CDI pour les français, en accord avec le gouvernement, puisque l’enseigne de fastfood implante en France 40 nouveaux « restaurants » en moyenne, par an.

Une image continuellement redorée

La force d’implantation et de séduction de Mc Donald’s résulte avant tout de sa capacité à faire évoluer son image dans la tête du consommateur. Souvenez-vous, avant McDo c’était :

C’était chaleureux, c’était rouge, et puis, le rouge a commencé à être pointé du doigt par les « marketeurs ». Le rouge, c’est devenu la crainte, cela s’est transformé en « feu rouge », en « sens interdit ». Et puis le marketing écologique a eu le vent en poupe. Alors McDo a fait ce qu’une marque ose rarement faire, changer d’identité visuelle. D’habitude, changer ne serait-ce que la couleur d’un logo encré dans toutes les têtes représente une prise de risque considérable pour une marque. Mais pas chez McDo, déjà roi du StreetMarketing. Après une cure de Greenwashing (ou « mascarade écologique »), le logo du groupe est devenu :

L’huile de friture usagée s’est transformée en biodiesel, les ampoules ont été remplacées par des basses consommation et les emballages carton sont devenus entièrement recyclables. Un vrai modèle d’écologie ! « Notre expérience montre qu’il n’y a pas de risque économique ou social à s’investir courageusement dans une politique environnementale ambitieuse », affirme Jean-Pierre Petit et il a totalement raison ! Il n’y a aucun risque pour Mc Donald’s qui peut même aller jusqu’à annoncer que ses aliments sont BIO. Mais la nuance doit tout de même être soulignée. Quand Monsieur Petit dit « s’investir courageusement dans une politique environnementale ambitieuse » il sous entend plutôt que développer une communication basée sur un pseudo comportement écologique est très pertinent pour une marque. Le groupe met plus de moyens financiers et d’énergie à promouvoir un « concept vert » à coup de campagnes publicitaires qu’à trouver des solutions réellement écologiques sur le terrain, dans le fonctionnement même de ses restaurants qui continuent à jeter des tonnes et des tonnes de nourriture chaque année.

McDonald’s créateur d’emploi pour nos jeunes

Quand je lis cette phrase : « La multinationale américaine et l’État Français ont signé un engagement mutuel pour que 3.000 CDI par an soient encore créés jusqu’en 2015 », j’ai envie de dire merci, merci à Mc Donald’s et au gouvernement de penser à créer des emplois pour les jeunes en manque d’opportunité professionnelle, en manque d’ambition. Ne t’inquiète pas Stéphanie, Mc Do n’est pas prêt de clôturer les embauches.

Mais qu’en disent les jeunes employés ? Et bien si on se fie au premier site proposé par Google, on se rend compte que la plupart des petites mains françaises du géant américain sont satisfaites de leur job. Sur le site www.notrejob.com/mcdo on découvre une réelle communauté des employés de Mc Donald’s. Un forum, des membres actifs, des vidéos, des photos et même un fil d’actualité sur l’entreprise au grand M. Puis, si on s’attarde sur d’autres portails, on trouve des témoignages moins aimables comme sur le forum www.comlive.netPoPOv souligne : « c’est toujours payé au lance pierre », TheCrow qui enchaîne sur « jamais de bonus, et aucun retard meme avec explications », ou encore Saldek qui n’hésite pas à déclarer : « je ne vois pas ce qui amène tout le monde à opter pour le MacDo quand on veut un petit boulot.. Il existe tellement d’autres alternatives et elles sont tellement plus plaisantes en matière de relationnel qu’un fast-food ou l’indifférence n’a d’égal que le mépris. »

Finalement, la relation entre la multinationale américaine et le gouvernement français est bilatérale à 100%. L’enseigne se fait une montagne de fric grâce aux estomacs des français, et elle règle à sa mesure le chômage des « jeunes branleristes » de notre pays. Qui se fout le plus de nous ? C’est ça une vraie relation de confiance.

Et pour ceux qui auraient décidé de fuir l’enseigne à tout prix, dépêchez-vous, il ne reste plus beaucoup de pays qui résistent encore à la folie McDonald’s.

PS : Moi qui suis en période de chômage, je devrais peut-être… postuler… non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :